04 février 2006

Ski de fond Morin-Heights - secteur est

Skier à Morin-Heights, c’est faire un voyage dans le passé des Laurentides. Avec son magasin général et ses vieilles maisons un peu délabrées, le village semble figé dans le temps. Quant à ses sentiers de ski de fond, eux aussi sont «à l’ancienne» et semblent attirer les traditionalistes. J’ai rarement vu autant de skieurs vêtus à l’ancienne mode, avec les bas montant jusqu’aux genoux.

Seule concession à la modernité: le Corridor Aérobique, un sentier de 9 kilomètres aménagé sur une ancienne voie ferrée et tracé pour le style classique et le pas de patin. Tous les autres sentiers de la municipalité sont réservés au style classique. Le réseau comprend 60 kilomètres de pistes entretenues et 90 kilomètres de sentiers de randonnée nordique.

Par où commencer? À l’accueil du Corridor Aérobique, on m’a suggéré le sentier «La Triangle», une boucle d’une dizaine de kilomètres serpentant dans les montagnes entourant le lac Echo. Pour le premier kilomètre, on skie sur un large sentier tracé double tout à fait moderne. Mais le passé reprend ses droits quand on se retrouve au pied des pentes d’un centre de ski alpin désaffecté. Grimpant cette montagne, le sentier devient un étroit ruban sinueux qui plaira davantage aux amateurs de randonnée aventureuse qu’aux athlètes cherchant un terrain d’entraînement.

Si je dis «randonnée aventureuse», c’est parce que certains tronçons de pistes ne sont pas de tout repos. Pas de montées extrêmes à signaler, mais quelques descentes étroites, sinueuses et bordées d’arbres menaçants sont carrément des corvées plutôt que des parties de plaisir. À bien des endroits, on ne voit absolument pas dans quoi on s’embarque au moment d’amorcer une descente et il faut se montrer très prudent.

Cela dit, «La Triangle» reste agréable. L’essentiel du parcours se skie très bien et on a droit quelques belles descentes. Il faut cependant enlever ses skis à plusieurs reprises pour traverser des routes. C'est d'ailleurs un reproche qu'on peut faire à plusieurs sentiers de Morin-Heights.

La «Bell», une boucle de trois kilomètres tracé dans une épaisse forêt, est un autre sentier agréable. La «JRJ» est aussi pas mal, mais elle comporte un montée absolument épouvantable que je ne veux plus revoir jamais dans ma vie.

Aucun commentaire: