22 janvier 2012

En ski de fond à Tremblant

Ça m’a coûté 10$ de stationnement et 17$ de droit d’entrée pour partir en ski de la station touristique Tremblant aujourd’hui. Mais j’ai tellement fait une belle randonnée que je n’ai pas regretté mon investissement.

C’était une journée découverte pour moi. C’était la première fois que je skiais dans ce secteur, dans les sentiers de Ski de Fond Mont-Tremblant s’étendant au nord de la rivière du Diable. Et j’ai vraiment aimé ce que j’ai vu.

On peut acheter son billet de ski au Chalet des Voyageurs, à l'entrée de la station. Et il y a une piste qui commence juste à côté.

Si vous aimez skier loin de la civilisation, ce n’est pas l’endroit pour vous. Surtout quand on prend le départ de la station Tremblant. Moi j’aime bien le côté carton-pâte de la station et l’animation qui y règne. Mais je sais que ce n’est pas la tasse de thé de tout le monde.

J’aime aussi skier dans des coins où il y a d’autres choses à voir que la nature vierge et j’ai été bien servi lors de cette sortie. On passe près de grosses cabanes. On peut admirer le Mont Tremblant. On croise le bas d'une piste de ski alpin. Et on a l’occasion de traverser des routes en empruntant des passerelles.

Presque tous les sentiers faciles du secteur sont tracés sur des pistes cyclables. D’habitude, c’est mauvais signe. Mais ces pistes-là sont assez sinueuses et accidentées pour ne pas être monotones. Bien sûr, c’est très large. Mais on se sent quand même en pleine nature.

J’ai particulièrement été impressionné par celle qui longe la rivière du Diable. Elle mène à une impressionnante passerelle qui enjambe la rivière et mène à un petit refuge. Tout ce coin-là est vraiment superbe.

Les sentiers difficiles du secteurs sont tracés sur un terrain de golf. Ça aussi, d’habitude, c’est mauvais signe, Mais j’ai encore plus aimé ces pistes-là que les précédentes. Le terrain de golf est très accidenté et ça donne des sentiers plein de relief où on est parfois en forêt et parfois en terrain à découvert. Ce qui nous donne l’occasion d’admirer la région.

J’ai vraiment aimé ma randonnée, mais si j’avais à la refaire je partirais du vieux village du Mont-Tremblant d’où part un très beau sentier tracé sur une piste cyclable. Et j’irais faire une halte à la station Tremblant pour profiter de son atmosphère sans avoir à payer de stationnement...

21 janvier 2012

Ski de fond Mont Tremblant

J’ai déjà écrit dans ce blogue que le centre de ski de fond Mont-Tremblant était mon préféré dans les Laurentides. J’ai changé d’idée là-dessus. Je préfère maintenant le centre de plein air Far Hills à Val-David et son extraordinaire réseau de sentiers se déployant autour d’un tronçon de la légendaire piste Maple Leaf.

N’empêche, on fait de l’excellent ski à Mont-Tremblant – comme j’ai encore pu le constater aujourd’hui dans des conditions d’enneigement parfaite.

Je suis parti du pavillon d’accueil principal du réseau au domaine Saint-Bernard. Je pense que c’est mon chalet de ski de fond préféré au Québec. Parce qu’il est magnifiquement situé au milieu d’une clairière, avec le Mont Tremblant en arrière-plan. Et aussi parce qu’on est très confortable dans les deux salons aménagés à chaque bout du vaste bâtiment.

J’ai profité de cette visite pour découvrir un nouvelle section du réseau: la section classée très difficile du sentier A6, qui passe à travers une colline et mène au bord du Lac Ouimet.

C’est vraiment un superbe sentier où on enchaîne les montées et les descentes en lacets. Le relief est tellement intéressant qu’on s’embête pas à revenir sur nos pas pour revenir au chalet d’accueil.

Il y a plusieurs autres beaux sentiers dans le secteur du Domaine Saint-Bernard. La boucle A1 est un des plus beaux sentiers faciles des Laurentides. Elle passe notamment à travers une impressionnante plantation de pins.

Les sentiers qui longent la rivière du Diable sont encore plus intéressants. La rivière est superbe et le terrain est un peu plus accidenté. La A7, une piste intermédiaire, est à faire absolument.

Les adeptes du style classique qui apprécient surtout les sentiers étroits et/ou très difficiles risquent toutefois de rester sur leur faim. Presque toutes les pistes sont des «boulevards» comportant un couloir pour le pas de patin.

L'entretien est fait avec des dameuses lourdes, alors est toujours assuré de skier dans les meilleures conditions possibles. Il y a deux relais près de la rivière du Diable où on peut manger son lunch. Pas loin du chalet d'accueil, il y a aussi l'abri Herman-Deshaies - un toit sur pilotis abritant un foyer extérieur. Tout ça forme un magnifique réseau de sentiers et où les experts peuvent avaler les kilomètres et les skieurs du dimanche peuvent aussi trouver leur compte.

08 janvier 2012

Plein Air Sainte-Adèle - secteur Chanteclerc

Le 5 janvier, on célébrait le 25ième anniversaire du décès du légendaire d’Herman-Smith Johannsen, alias Jackrabbit. Ce Norvégien d’origine qui a contribué plus que qui ce soit au développement du ski de fond dans les Laurentides est mort en 1987... à l’âge de 111 ans !

J’ai célébré l’événement en allant faire une randonnée à Sainte-Adèle où on fait du ski comme à l’époque de Jackrabbit, dans des sentiers étroits et sinueux qui nous font travailler très fort.

Le réseau entretenu par Plein Air Sainte-Adèle est surtout composé de sentiers de randonnée nordique. Mais il y a aussi une vingtaine de kilomètres de sentiers entretenus mécaniquement qui sillonnent les collines à l’ouest du village.

Je suis parti du stationnement du terrain de golf de l’hôtel Chanteclerc. C’est l’entrée principale du réseau de pistes. Mais l’infrastructure d’accueil se limite à une grande carte du réseau et une bécosse en plastique que j’ai préféré ne pas inclure sur la photo.

J’ai parcouru une dizaine de kilomètres et j’ai eu l’impression d’en faire le double. Ces sentiers-là ne sont pas faciles, surtout quand il n’y a pas beaucoup de neige. C’est sinueux et cahoteux. On n’est presque jamais en terrain plat. On travaille fort en montée et on travaille presque aussi fort en descente parce que c’est étroit et tortueux.

Cela dit, j’ai quand même bien aimé ma randonnée. Je suis notamment passé sous une ligne de télésiège abandonnée qui servait à convoyer les skieurs dans le temps où la station de ski Chanteclerc s’étendait sur plusieurs montagnes.


Bref, il y a du beau ski à faire dans ce coin-là. Je vous suggère de visiter les lieux par une journée où les conditions sont bonnes. C'est la façon d'avoir du plaisir dans ce genre de sentiers étroits et sinueux.

07 janvier 2012

Parc régional Val-David - Val-Morin


La fable «La grenouille et le bœuf» a bien failli se répeter au parc régional Val-David-Val-Morin aujourd’hui. Avec deux nouveaux acteurs dans les rôles titres.

La grenouille, c’était moi. Et le bœuf, c’était le mont Césaire. Une montagne où il y a déjà eu une station de ski alpin, le Mont Plante, et dans laquelle la piste 15 grimpe en pente raide pendant au moins un kilomètre.

Je ne me souviens pas d’en avoir arraché autant dans une ascension. Il faut dire que c’était seulement ma quatrième sortie de la saison et que j’ai beaucoup mangé durant les fêtes. Et il faut dire aussi que c’est une méchante montée qui nous fait grimper à pic pendant une éternité.

Quand je suis arrivé au sommet, il a fallu que je m’arrête une dizaine de minutes pour reprendre mon souffle et m’assurer que mon cœur n’allait pas faire comme la grenouille et éclater. Puis j’ai repris la route... et j’ai rattrapé une jeune femme qui venait de faire la même montée que moi en traînant un enfant dans un traîneau !

Je n’aurais pas été plus surpris si un OVNI était descendu du ciel et m’avait proposé de m’amener sur la planète où se cache Elvis !

Tout ça pour dire que c’est sans doute la dernière fois que je fais cette fameuse piste 15. Ça ne s’est pas trop mal passé en redescendant la montagne, bien qu’il y ait quelques passages assez corsés, mais il faut que je sois honnête: je ne pense pas que j’aurais le courage de repartir un jour à l’assaut de cette montagne-là.

Le parc Val-David-Val-Morin est un de mes endroits préférés pour skier dans les Laurentides. La plupart du temps, je vais du côté de Val-Morin parce que je trouve que les pistes de ce coin-là sont vraiment extraordinaires. Mais je dois dire que le secteur de Val-David possède aussi de belles qualités.

Le joli chalet d’accueil en bois rond est à deux pas du centre de Val-David – un des plus jolis villages des Laurentides. Il y a le P’tit Train du Nord qui passe au cœur du village. Il y a quelques restaurants et cafés intéressants pas loin. C’est vraiment un bel endroit pour passer un journée d’hiver.

Mon seul problème avec ce secteur-là, c’est que les pistes les plus difficiles sont très étroites et que ça empêche de vraiment s’amuser dans les grosses descentes. Dans le coin de Far Hills, il y a des pistes comportant un couloir pour pas de patin sur lesquelles ont peut vraiment profiter du relief.

Les sentiers faciles à proximité du chalet d’accueil sont très agréables, par contre. Et les montagnes qui les entourent forment un superbe paysage hivernal.

Ma randonnée sur la 15 m’a fait passer par ce refuge que je n’avais jamais vu avant. Il est situé pas loin de l’endroit où la 15 rejoint la piste 33. J’y fait une courte halte pour finir de me remettre de mon «exploit». Je vais modérer mes ambitions lors de ma prochaine sortie...