21 décembre 2010

Parc-nature du Cap Saint-Jacques

Caprices de l’hiver oblige, je viens de faire deux sorties coup sur coup au parc-nature du Cap Saint-Jacques. Conclusion: si j’avais sur les bras un touriste étranger voulant découvrir les joies du ski de fond sur l’île de Montréal, c’est là que je l’enverrais.

Et je prendrais soin de l’envoyer un samedi ou un dimanche. Parce que sinon, il manquerait les deux principales attractions de l’endroit: la cabane à sucre et le Château Gohier, qui ne sont ouverts que le week-end.

Le parc possède une douzaine de kilomètres de sentiers de ski de fond qui permettent de faire le tour du parc et de faire halte à des endroits intéressants. On n’est pas fatigué, parce qu’on skie sur du terrain plat dans des sentiers très faciles. Mais on a quand même le goût de s’arrêter parce que c’est agréable.

Il y a la cabane à sucre où on sert des crêpes au sirop d’érable et au jambon. Il y a la ferme écologique, où on peut voir quelques animaux, faire un tour de carriole tirée par un cheval et flâner dans un genre de magasin général.

Et il y a le Château Gohier, un bâtiment en pierre où il fait bon siroter un café dans une vaste salle circulaire où trône un feu de foyer.

Dommage que le menu du casse-croûte ne soit pas à la hauteur de ce décor parce sinon l’endroit serait vraiment extraordinaire. La prochaine fois, je vais amener mon lunch.

Mais revenons au ski. Comme je l’ai déjà écrit, la plus belle qualité des sentiers du parcs c’est qu’ils sont bien nivelés et qu’ils ne faut que très peu de neige pour les rendre opérationnels.

L’entretien est fait avec de l’équipement léger, mais il est adéquat. Le parc est très peu accidenté, alors les montées et les descentes sont rares et très courtes. Mais comme les pistes sont larges et pas trop tortueuses, on peut faire de la vitesse et on ne s’ennuie pas trop. Dommage qu’elles soient - inutilement, à mon avis – à sens unique parce qu’on aurait encore plus de plaisir à se promener dans le parc si ce n’était pas le cas.

De tous les parcs-nature, celui du Cap Saint-Jacques est celui où on fait le meilleur ski de fond. Même si on peut s’y rendre en autobus, on s’y sent très loin de la ville. Le chalet d’accueil du parc est vaste et abrite une boutique de location.

Comme on le voit sur cette première photo, mon fiston Arthur a fait ses débuts officiels en ski de fond au Cap Saint-Jacques à l'âge de trois ans et quatre mois. On a eu du plaisir sur un bon 100 mètres. Mais tout juste après qu'on ait pris cette photo, il a perdu patience, a fait une chute et nous a servi une méchante crise de nerf. Mais il fallait bien casser la glace...

6 commentaires:

Stéphanie a dit...

Bravo Arthur!

J'ai tellement hâte d'initier mes tout-petits moi aussi! Mon fils n'a que 2 ans, mais je crois bien qu'il aura un peu d'intérêt l'hiver prochain. Quant à ma petite coquinette, elle profite du ski avec maman en traîneau!

Tu me permets, d'année en année, de découvrir de nouveaux endroits où skier. Merci de les partager avec nous!

Anonyme a dit...

Merci pour ce blog que je découvre.C'est ce qu'il manquait au ski de fond québécois ! :)

Sérieusement, merci pour ces articles clairs et concis, et ce listing quasi exhaustif.

Xavier
(skieur habitué au Jura, passant son premier hiver à Montréal)

Shentell a dit...

Merci beaucoup pour cette belle recherche.... Je suis une mordue de ski de fond... mais pas comme toi...merci d'avoir documenté ta grande aventure d'exploration...

Shentell a dit...

Sais-tu ce que j'aimerais? mais, là.. juste si tu as l'envie et le temps? QUe tu trouve moyen de nous montrer tous tes sites en ordre de préférence.... une idée de fou comme ça.... = 0 )

2françaisauquébec a dit...

Lundi 27 février 2017… Il fait dix degrés à Montréal. Toute la neige a disparu, même les centres SEPAQ dans le sud du Québec ferment… La fin du séjour spécial ski de fond est mal engagée et les skis sont prêts à retourner dans la soute d’avion. Pourtant une petite recherche des parcs de Montréal nous intrigue… Pour le Cap St Jacques, les conditions sont censées être « bonnes » et le damage frais du jour. Une rapide balade en voiture à Angrignon où les pistes sont impraticables et le long du parcours « Ski Grand Sud ouest » où la neige a disparu nous laissent sceptiques quant à l’issue… Mais en bon fan de ski de fond, nous tentons le coup au Cap…
Étrange, il fait déjà beaucoup plus froid qu’il y a quelques minutes… La voiture indique 4 degrés… soit 6 degrés d’écart en 15 km… Et le coin est encore tout blanc… Surprenant.
On chausse nos skis, le démarrage est glacé et la piste en mauvais état… Après 500 mètres, tout s’améliore, il y a de jolies traces bien dessinées, la neige s’adoucit, la glisse est de qualité… Miracle, le site n’a pas menti. Le Cap St Jacques est la bonne surprise de cette fin de séjour, l’endroit est sublime, le damage très soigné, le lieu est peu fréquenté, la rivière des Prairies puis le lac des deux montagnes sont encore partiellement gelés… Bref l’hiver est encore là.
On n’y fait pas du grand ski, mais il y a un bon kilométrage pour l’île de Montréal (plus de 10 km linéaire)… Et en terme d’exploration, c’est un des plus beaux parcours de ski de fond, tout au long de la côte avec en récompense quelques plages blanches… Merveilleux de finir sur cette belle note sauvage après de tels aléas climatiques. Et il y a aussi une belle forêt de feuillus pour les parcours orange et rouge. Coup de foudre !
On déteste refaire deux fois la même chose… Et pourtant ce lieu s’y prête. Un merveilleux endroit de repli quand le ski de fond rend les armes partout ailleurs.
C’est un peu comme Oka, mais en mieux (on s’en prend plein les yeux) et en moins cher puisque c’est gratuit sauf le parking.
Merci au dameur qui fait bien son travail, et à Barclay qui nous a conduit à cet endroit dès la descente de l’avion.

Barclay a dit...

Merci chers touristes pour les bons mots.

Je serais très curieux de savoir où vous avez skier pendant votre séjour au Québec et comment vous avez trouvé ça!

BF