28 février 2010

Gare de Saint-Adèle

La gare de Saint-Adèle, c’est un peu le «centre nerveux» du ski de fond dans les Laurentides. D’abord parce qu’elle est située à peu près au milieu des 40 kilomètres skiables du parc linéaire du P’tit Train du Nord. Ensuite parce qu’elle abrite une très belle boutique de ski de fond et un joli café toujours remplis de skieurs. Alors on est vraiment dans l’ambiance.

Le P’tit Train du Nord, c’est surtout un terrain d’entraînement idéal pour les adeptes du pas de patins. En classique, on s’ennuie un brin sur cette ancienne voie ferrée rectiligne et très peu accidentée.

N’empêche, la piste a ses qualités. Comme elle est aussi bien nivelée qu’une route, il suffit d’une mince couche de neige pour la rendre opérationnelle. C’est toujours un des premiers endroits skiables au début de l’hiver. Et c’est un bon choix quand les conditions sont difficiles puisque elle est entretenue par une dameuse munie d’un conditionneur à neige.

La gare de Saint-Adèle est un excellent point de départ pour faire une randonnée sur le P’tit Train du Nord. En montant vers le nord, la piste longe la rivière du Nord et il y a une destination intéressante: le relais du Père Eddy, une charmante cabane… en fer et en béton.

Bâti comme un bunker pour résister aux incendiaires, le relais a au moins un mérite: il est superbement situé près d’un rapide sur la rivière Doncaster. Et c’est toujours agréable de s’arrêter pour luncher, près du poêle à bois que quelqu’un a toujours pris le temps d’allumer.

De la gare de Sainte-Adèle, il faut parcourir quatre kilomètres pour se rendre au relais. Bien sûr, on peut allonger sa randonnée en poussant plus loin sur le Petit Train du Nord. Ou on peut s’aventurer sur un sentier non tracé qui gravit une colline derrière le Relais et mène au parc Doncaster.

On a eu bien du plaisir à faire cette randonnée aujourd’hui. Nos skis marchaient biens sur la neige mouillée avec une bonne couche de klister. Mais j’ai peiné à traîner fiston dans le Baby Glider qu’on avait loué à la gare.

Je trouve ces traîneaux-là pas mal plus difficiles à tirer que ceux montés sur deux skis. Disons que j’étais bien content quand je me suis finalement assis devant un bon café au café de la gare.

20 février 2010

Parc du Domaine Vert

Faire du ski quand la température grimpe au-dessus de zéro, ce n’est jamais évident. J’ai encore pu m’en rendre compte aujourd’hui au parc du Domaine Vert à Mirabel.

Avec la neige fraîche tombée quelques heures auparavant, je m’attendais à skier dans de très bonnes conditions. Mais il a fait tellement chaud dans l’après-midi que les sillons pour le classique se sont transformés en patinoire. Mais avec du fart rouge spécial et en faisant beaucoup de double poussée, on arrivait quand même à avancer.

Depuis deux hivers, le parc du Domaine Vert est devenu une destination intéressante pour le ski. Le réseau de sentiers a été remodelé de belle façon et il est maintenant entretenu par une chenillette. Et depuis cet hiver, le parc possède un nouveau chalet d’accueil format géant.

Je dois dire que j’ai été un peu déçu par le nouveau bâtiment. C’est quoi l’idée de mettre le feu de foyer dans le hall d’entrée plutôt que dans la salle principale où on pourrait en profiter?

Chaque fois que je vais au Domaine Vert, je fonce directement vers le secteur ouest du parc que je trouve beaucoup plus intéressant. Dans ce secteur-là, il y a un ruisseau qui coule au fond d’un ravin et ça donne du relief à certains sentiers. On a droit à quelques montées et descentes digne de ce nom.

Les pistes sillonnent une belle forêt mature, alors on a pas du tout l’impression de skier en banlieue.

Dans ce secteur-là, il y a aussi un étroit sentier tracé à une voie qui sont très agréables à parcourir quand les conditions sont bonnes. Ça glissait bien là-dedans aujourd’hui même si la piste avait été tracée uniquement par le passage des skieurs.

J’ai aussi fait une petite balade dans le secteur est aujourd’hui. De ce côté-là, c’est complètement plat et les sentiers sont moins intéressants.

Au total, le parc du Domaine Vert est sillonné par 25 kilomètres de pistes. Si on peut lui faire un reproche, c’est son tarif d’accès: 12$ pour les skieurs qui n’habitent pas à Mirabel, Blainville, Sainte-Thérèse ou Boisbriand. C’est cher pour faire ce genre de ski-là.


14 février 2010

Parc de la rivière du Nord, secteur Prévost

Honnêtement, je ne m’attendais à avoir autant de plaisir que j’en ai eu aujourd’hui sur les sentiers du parc régional de la rivière du Nord.

Le réseau de sentiers de ski de fond de ce parc-là est divisé en deux. Aujourd’hui, je suis allé découvrir les sentiers du secteur situé dans la ville de Prévost. Et je les ai trouvés plus intéressants que ceux du secteur de Saint-Jérôme, où j’ai skié à quelques reprises au cours des dernières années.

C’est surtout une question de distance. À Saint-Jérôme, il n’y a que sept kilomètres de pistes. Pour prolonger sa randonnée, il faut payer pour accéder au sur Le P’tit Train du Nord.

Du côté de Prévost, on est un peu moins à l’étroit. L’épine dorsale du réseau est un sentier linéaire de cinq kilomètres baptisé Le Cheminot.

Je pense que cette piste-là est tracée sur une ancienne voie ferrée. Elle est plane mais assez jolie parce qu'elle longe pendant un long moment la rivière du Nord avant de la traverser par cette passerelle.

Les autres sentiers du secteur sont de courtes bretelles qui partent du sentier principal. Ces pistes-là sont moins larges et légèrement plus accidentés. Certaines permettent de d’approcher de plus près la rivière du Nord. D’autres nous amènent en forêt. Comme complément de randonnée, c’est parfait.

J’ai été surpris par le bon état des sentiers. L’entretien est bon et il y a moins de marcheurs qui abîment les sentiers dans ce secteur du parc.
Notez qu’il n’y a pas de chalet d’accueil dans ce secteur du parc. L’infrastructure d’accueil se limite à un stationnement et un gars dans un cabanon qui nous fait payer notre droit d’entrée. Par contre, il y a un refuge à peu près au milieu du sentier Le Cheminot et une bretelle du réseau mène à La Porte du Nord, la célèbre halte routière. Alors si vous avez envie de manger du Saint-Hubert au milieu d’une randonnée…

Ça m'amène à vous parler du principal reproche qu'on peut faire au parc: il est très près de l'autoroute 15 et on tend continuellement le grondement des voitures. N'empêche, j'ai bien apprécié ma randonnée d'aujourd'hui même si c'était du ski plutôt pépère.Peut-être que je vieillis...

10 février 2010

Sentiers de Sainte-Élie d’Orford

Comme skieur, j’ai l’esprit ouvert. Comme tout monde, j’aime les grands centres où on fait du ski de première qualité. Mais j’ai aussi du plaisir à skier dans des endroits plus modestes desservant une clientèle surtout locale.

Un bon exemple de ça, ce sont les sentiers de Saint-Élie d’Orford où j’ai fait une agréable randonnée aujourd’hui.

C’est vraiment sans prétention comme centre de ski. La cabane d’accueil se trouve juste à côté d’un réservoir d’eau, sur le chemin Laliberté, pas tellement loin du «centre-ville» de Saint-Élie.

Le réseau de sentiers s’étend sur 14 kilomètres et on peut le diviser en deux. À l’ouest du chemin Laliberté, il y a une boucle de sept kilomètres qui nous amène en pleine forêt. Et à l’est, il y a un sentier linéaire long d’environ quatre kilomètres qui passent à travers un quartier résidentiel et croisent quelques routes.

Sur ce sentier-là, on fait ce que j’appelle du «ski de brousse». Ça veut dire que l’entretien est léger et que la piste est étroite, bosselée et tortueuse. Bref, ne vous attendez pas à glisser majestueusement sur ce trajet-là.

N’empêche, je me suis bien amusé aujourd’hui sur ce parcours. Moi je ne m’ennuie pas sur ce genre de sentier parce qu’il faut continuellement négocier des difficultés et se relancer pour maintenir son allure. Mais ce n’est certainement pas la tasse de thé de tout le monde.

La boucle de l’autre côté du chemin Laliberté est moins tortueux et cahoteux. Pour «glisser majestueusement», c’est un meilleur choix.

06 février 2010

Base de plein air André-Nadeau

Cet hiver, c’est dans les Cantons de l’Est que la neige est la plus abondante. Alors j’étais bien content d’aller faire un tour dans cette région en fin de semaine.

J’ai commencé mon week-end de ski par une petite randonnée à la base de plein air André-Nadeau à Rock Forest où il y a une douzaine de kilomètres de sentiers tracés dans un joli coin de forêt.

La base accueille plutôt bien les skieurs. Cette petite cabane fait une sympathique salle de fartage.

La plus belle qualité des pistes, c’est qu’elles passent par des sentiers qui sont utilisés pour la randonnée pédestre ou le vélo durant l’été et qui sont donc très bien nivelés. Résultat: elles étaient plutôt agréables à parcourir aujourd’hui, malgré une couverture de neige plutôt mince et un entretien tout juste correct.

La base est située dans un vallon, alors il y a un peu de relief. On skie presque toujours en forêt dans des sentiers assez larges pour être tracés à deux voies mais quand même assez intimes.

La seule attraction sur les pistes, c'est ce village de tipis installé dans une clairière.

La base est un bel endroit pour amener toute la famille puisqu’il y a une pente de glissade sur tube, quelques patinoires et des sentiers pour faire de la raquette ou simplement marcher en forêt. Pour le ski, on peut certainement trouver mieux dans la région. Mais ça reste une destination honnête et agréable.