26 mars 2006

Sentiers La Balade de Lévis



À quelques minutes de l’autoroute 20, le village de Saint-Jean-Chrysostome cache les Sentiers La balade de Lévis, un centre de ski de fond qui offre 27 kilomètres de sentiers tracés sur les berges de la rivière Etchemin.

Le centre est d’une qualité étonnante. D’abord parce que les pistes sont tracées d’une dameuse munie d’un conditionneur à neige. Ensuite parce le réseau est dense et tire avantage du relief des lieux.

Les sentiers les plus intéressants sont d’ailleurs ceux classés très difficiles. «Ondulé» est le mot qui les décrit le mieux. Les sentiers 4, 5 et 7 passent en effet par une série de vallons très encaissés qui donnent l'impression de skier dans des montagnes russes. Ces pentes courtes mais très abruptes sont très amusantes à négocier.

D’autres sentiers plus faciles longent de très près la rivière Etchemin. D’autres encore s’enfoncent en forêt jusqu’à un ruisseau coulant vers la rivière.

Avec ses pistes larges et bien entretenues, le réseau ressemble à un plateau de compétition. Très moderne, le bâtiment d’accueil abrite une immense salle de fartage et on peut y prendre une douche après sa randonnée. Il y a aussi un petit refuge sur les sentiers.



25 mars 2006

Massif du Sud

Je commence par dire l’essentiel: le Massif du Sud est l’un des joyaux du ski de fond québécois.

Situé dans les Appalaches, à environ une heure de Québec, le Massif du Sud possède une vingtaine de kilomètres de sentiers de ski magnifiquement tracés et entretenus. Ces sentiers relient le chalet de la station de ski au sommet de la montagne, un trajet de 16 kilomètres comportant plus de 400 mètres de dénivellation.

La randonnée est extraordinaire et on peut l’effectuer de plusieurs façons. La plus magique: «tricher» en utilisant la remontée mécanique de la station de ski alpin pour grimper jusqu’au sommet.

En arrivant là haut, on est tout de suite enchantée. À plus de 900 mètres d’altitude, la neige est d’une qualité exceptionnelle et le regard porte très loin. Entretenu à l’aide d’une chenillette pour le style classique et le pas de patin, le sentier est large et merveilleusement sinueux. Au départ, il parcourt le sommet du mont du Midi où les cadavres de nombreux conifères écorchés par le vent donne l’impression d’être dans le grand nord.

Commence ensuite la descente qui s’étire sur une dizaine de kilomètres. Comme la piste est large et serpente au flanc de la montagne, le parcours est loin d’être casse-cou.

 Les amateurs de sensations fortes le trouveront même un peu trop facile. On se demande d’ailleurs pourquoi l’essentiel du trajet est classé «très difficile». Mais peu importe: on a un plaisir fou à admirer le panorama grandiose et négocier les nombreux virages en lacet qui donnent à la randonnée un caractère unique. On se croirait en Europe.

Plus loin, le parcours se met à longer un ruisseau et passe par deux refuges. Pour faire durer le plaisir, on peut aussi emprunter le sentier Beaudoin, une boucle de 3,4 kilomètres tout en montée et en descente où on trouve un autre refuge.

Envie de travailler un peu plus? Pourquoi ne pas effectuer le trajet en sens inverse? La montée est graduelle et à la portée d’à peu près tout le monde. Et pour retourner au pied de la montagne, on a le choix: repartir par où on est venu ou emprunter la piste la plus facile de la station de ski alpin qu’on peut dévaler sans problème sur des skis de fond – du moins, c’est ce qu’on m’a dit.

Je vais devoir y retourner pour essayer ça...

19 mars 2006

Baie-des-Sables

Les skieurs de Lac-Mégantic sont gâtés. En plus de vivre à proximité du parc du Mont-Mégantic, ils ont tout près de chez eux les excellents sentiers du complexe récréotouristique Baie-des-Sables.

Situé à l’extrémité nord du lac Mégantic, le complexe offre une trentaine de kilomètres de sentiers de très bonne qualité - un mélange bien dosé d’étroits sentiers réservés au style classique et de pistes plus larges où on peut également pratiquer le pas de patin.

Tous ces sentiers se croisent à plusieurs endroits et forment un réseau dense agréable à naviguer. Tracés à flanc de colline, dans une forêt dense, les sentiers réservés au style classique sont les plus intéressants. On a droit à quelques belles descentes, notamment dans magnifique boucle 6.

La plupart des pistes plus larges sont tracés sur les chemins du terrain de camping situé au pied de la modeste pente de ski alpin du complexe, qui possède une dénivellation de 90 mètres. Un sentier de ski de fond passe par le sommet de la pente. Vraiment un beau réseau qui a de quoi plaire à tous les genres de skieurs.

18 mars 2006

Parc du Mont Mégantic

Le parc du Mont-Mégantic, c’est un peu le parc de la Gaspésie du sud du Québec: un centre de haut calibre où on peut découvrir les joies du ski en montagne au beau milieu des Appalaches.

Le parc possède 37 kilomètres de pistes entretenues de même qu’un sentier de randonnée nordique long d’une dizaine de kilomètres. En raison de sa configuration, le réseau ne convient guère aux skieurs du dimanche. Tracés à flanc de montagne, tous les sentiers du parc comportent d’importantes montées et descentes - même ceux classés faciles serpentant à proximité du chalet d’accueil.

L’autre facteur mettant du piquant dans une sortie au parc: l’altitude. Commençant à 590 mètres d’altitude, les sentiers grimpent à plus de 700 mètres. On est donc en montagne avec tout ce que cela implique: conditions climatiques changeant rapidement, vent, variation de température, etc.

Mais l’altitude a aussi ses avantages. Il neige abondamment au parc et la saison de ski y est très longue. C’est donc une excellente destination de fin de saison.

Côté ski, on retient surtout les nombreuses longues descentes larges et bien tracées où on peut faire de la vitesse sans risquer de se casser la figure. Certaines de ses descentes s’étirent sur plusieurs kilomètres et sont vraiment géniales. Notez toutefois que le parc ne ressemble pas à un site de compétition olympique. Effectué à l’aide d’un traceur traîné par une motoneige, l’entretien est de qualité moyenne. Rien à voir avec ce qu’on trouve au Camp Mercier ou au parc du Mont-Tremblant.

12 mars 2006

L'Envolée

NOTE 02/01/2013: CE CENTRE EST MAINTENANT FERMÉ

Autrefois connu sous le nom de «Chez Martine», le centre récréo-touristique l’Envolée se distingue avant tout par la qualité de l’entretien de ses pistes. Le travail est effectué par une chenillette Bombardier équipée d’un «conditionneur à neige» capable de procurer d’excellentes conditions de ski même quand la météo refuse de collaborer.

Situé à Saint-Lin-des-Laurentides, à environ une heure de Montréal, l’Envolée offre 25 kilomètres de pistes de tous les calibres. Tracés en forêt, tous les sentiers sont larges et légèrement vallonnés. Les sentiers revenant vers le chalet d'accueil comportent plusieurs faux plats descendants où on peut faire de la vitesse.

Les installations d'accueil ne paient pas de mine. Le salle de fartage est un petit bâtiment délabré et le chalet d’accueil est en réalité un restaurant fréquenté par des motoneigistes et des adeptes du quad puisque un sentier pour ces engins passent par là. L'endroit est aussi fréquenté par de nombreux chevreuils à qui on avait servi un énorme tas de carrottes lors de notre dernière visite.

08 mars 2006

Base de plein air des Cèdres

La Base Plein Air des Cèdres est située en plein coeur de la région du Suroît, à une quarantaine de minutes de voiture au sud de Montréal. Ses sentiers larges et très bien entretenus tant pour le style classique que le pas de patin plairont surtout à deux types de skieurs: les novices et les athlètes à la recherche d’un terrain d’entraînement.

Le réseau est constitué d’une boucle d’une dizaine de kilomètres tracée en forêt et de quelques autres courts sentiers tracés à proximité du chalet d'accueil. La boucle principale comprend également des raccourcis permettant d’écourter son trajet. Pas grand chose à signaler côté relief: la boucle principale est coupée par deux ravins qu’il faut négocier à l’allée comme au retour.

Comme elle entretient ses sentiers à l’aide d’un dameuse Bombardier, la base est une bonne destination les jours où les conditions sont précaires. Un bémol: les pistes croisent plusieurs sentiers... d'équitation! Alors attention aux chevaux et aux «souvenirs» qu'ils laissent derrière eux.

Ouverte jusqu’à 21h du mardi au vendredi, la base est un des bons endroits dans la région de Montréal où on peut faire du ski de soirée. Larges et plats, ses sentiers se prêtent bien à la randonnée nocturne. Mieux vaut toutefois se munir d’une lampe frontale car il n'y a aucun éclairage dans les sentiers.

06 mars 2006

Parc du Mont-Tremblant - La Diable

Avec ses 53 kilomètres de sentiers tracés en pleine nature et entretenus de façon impeccable, le secteur La Diable du parc national du Mont-Tremblant est sans contredit un des meilleurs centres de ski de fond au Québec.

Son principal attrait: on s’y sent très loin de la civilisation. Une fois en forêt, on ne risque pas d’entendre une voiture ou d’avoir à enlever ses skis pour traverser une route. Situé au nord des Laurentides et en terrain montagneux, le parc profite aussi d’excellentes conditions d’enneigement garantissant une longue saison de ski.

Tous les sentiers entretenus du secteur La Diable sont très larges et très bien tracés. On peut donc s’aventurer sur les sentiers plus difficiles sans craindre de se casser la figure dans une descente.

Le meilleur sentier du centre est d’ailleurs une boucle de 12 kilomètres classée très difficile, La Poisson. Partant de l’accueil qui est situé à 350 mètres d’altitude, le sentier grimpe jusqu’à 520 mètres, passe par deux refuges et se termine par une très longue descente comportant plusieurs virages qui est tout simplement fabuleuse.

De niveau intermédiaire, la boucle Le Bois-Franc est moins exigeante mais presque aussi intéressante. Le parcours de 10 kilomètres passe par un refuge magnifiquement situé au pied d’une longue descente facile, sur les berges d’un lac. Une superbe randonnée à la portée d’à peu près tout le monde.

Ceux qui préfèrent skier en terrain moins accidenté ont avantage à se diriger du côté ouest du lac Monroe. La boucle Le Lièvre, qui fait 8 kilomètres, est un des plus parcours classé facile que j’ai eu l’occasion de skier. Le sentier comporte quelques descentes agréables et passe lui aussi par un refuge.

Il y a aussi des sentiers plus corsés dans ce secteur. J'ai beaucoup aimé le sentier «B4», qui grimpe à très haut à flanc de montagne.

Cette piste classée très difficle commence au refuge Le Ravage, à environ 6 kilomètres du chalet d’accueil du parc. Le trajet pour se rendre jusque là est facile, mais ça se corse ensuite. La première partie du sentier B4 est une longue montée qui mène au refuge de La Ouache.

On grimpe de 230 mètres en un peu plus de trois kilomètres, alors c’est assez éprouvant.

Mais ça vaut la peine de souffrir un peu. Après l’entrée du sentier «B5», on a droit à une très longue descente absolument fantastique. Ça va vite, il y a des virages et la piste est suffisamment large pour qu’on puisse en profiter. La descente est si longue que j’ai dû m’arrêter au milieu: j’avais les jambes ankylosées!

La boucle passant par le sentier «B4» fait 17 kilomètres. C'est une superbe randonnée.