23 décembre 2008

Club de ski de fond d'Asbestos

Les parents de ma blonde habitent pas loin d’Asbestos, alors chaque hiver je skie au moins une fois sur les sentiers de cette ville minière des Cantons de l’Est.

C’est tant mieux parce que c’est un petit réseau accessible gratuitement que j’aime beaucoup. Et j’ai constaté aujourd’hui qu’il est plus pimpant que jamais.

Comme d’habitude, j’ai pris le départ au club de golf d’Asbestos. Deux jours après un grosse tempête, les pistes étaient fraîchement tracées et dans un état splendide.

Le réseau d’Asbestos s’étend sur une quinzaine de kilomètres. Là-dessus, environ trois kilomètres sont tracés sur le terrain de golf. D’habitude, skier sur un golf, ce n’est pas très agréable. Mais à Asbestos, c’est vraiment pas mal. Le terrain est vallonné et surtout très boisé. On n’a pas du tout l’impression de parcours un grand espace vide.

On s’enfonce en forêt par un sentier qui commence par une belle petite descente et qui longe ensuite la rivière Nicolet. Après environ deux kilomètres, on arrive au seul relais sur le réseau: le P’tit Caribou.

C’est là que j’ai compris pourquoi les pistes me semblaient plus belles que d’habitude. Selon un article de journal affiché à l’intérieur, le club de ski de fond d’Asbestos vient d’acquérir un nouvel engin pour entretenir ses sentiers. Voilà une bonne nouvelle.

Derrière le relais, j’ai aussi découvert un nouveau sentier baptisé Claude-Potvin. C’est une petite boucle d’un kilomètre tracé en terrain plat, dans le champ de pratique d’un club de tir à l’arc.

J’ai ensuite fait toutes les pistes du réseau en commençant par la meilleure: la Lambert. C’est le seul sentier comportant du vrai relief. On commence par grimper dans une colline par une éclaircie d’où on aperçoit l’une des nombreuses montagnes de rejets miniers entourant Asbestos.

On est ensuite récompensé par une longue descente sinueuse que j’ai vraiment adorée aujourd’hui. Je suis peut-être dans le champ, mais j’ai eu l’impression que la piste était légèrement plus large qu’auparavant. Chose certaine, je n’ai eu aucun mal à contrôler ma vitesse et je ne suis pas tombé dans le brusque virage à gauche se trouvant au pied de la descente. C’est un endroit où j’ai fait plusieurs chutes au fil des années.

Les autres sentiers n’ont pas le même panache. Ils sont tous plats et faciles. Mais ils sont quand même très agréables. Il y a une belle boucle tracée le long de la rivière Nicolet qui passe par le camp musical d’Asbestos. Et il y a quelques courtes bretelles qui permettent de varier son trajet.

La carte ci-dessous ne reflète pas tout à fait la réalité. Quelques courts sentiers ne sont pas représentés et les pistes tracées sur le terrain de golf ont été redessinées. Mais c’est ce que j’ai trouvé de mieux.

Aucun commentaire: