26 décembre 2010

Plein Air Coaticook


Aujourd’hui, j’ai vu l’hiver dans toute sa splendeur.

C’était sur les sentiers de Plein Air Coaticook, par une journée idéale. Du temps froid, mais pas un souffle de vent. Du soleil. Des arbres chargés de neige fraîche qui étincelaient sur un fond de ciel bleu. C’était féerique.

À Coaticook, on est aux confins des Cantons de l’Est. Ce coin-là possède son propre régime météo. Il y a des tempêtes qui passent par là en évitant le reste du Québec. Il y a des épisodes de pluie et de dégel qui ne surviennent que dans cette région. Et cette année, l’hiver a pris une longueur d’avance dans ce coin-là.

Pour en profiter, j’ai fait une heure de voiture aujourd’hui pour me rendre à Coaticook. Et je ne l’ai pas regretté parce que j’ai trouvé là un réseau de sentiers exactement dans mon genre.

Plein Air Coaticook entretient une vingtaine de kilomètres d’étroits sentiers réservés au style classique et tracés en terrain montagneux.

Comme l’entretien est fait avec un traceur léger, les pistes ne ressemblent vraiment pas un site de compétition olympique. Mais quel plaisir de se balader là-dedans quand les conditions sont bonnes comme elle l’étaient aujourd’hui.

Contrairement à mon habitude, j’ai préféré les sentiers faciles aux plus difficiles. D’abord parce que les faciles sont loin d’être banals: ils possèdent tous du relief et serpent dans une épaisse forêt vraiment magnifique. Et ensuite parce que dans les sentiers très difficiles, l’étroitesse des sentiers posent parfois problème.

Dans les montées, on manque parfois d’espace pour grimper confortablement en canard. Et dans les descentes les plus abruptes, on skie «sur la défensive» parce qu’on est à l’étroit pour faire le chasse-neige et qu’on ne sait pas trop ce qui nous attend après le prochain virage. Surtout que ces pistes-là ne sont pas à sens unique et qu’on ne sait pas quand on peut tomber sur un skieur arrivant en sens inverse.

Mais ces désagréments sont mineurs. J’ai fait une randonnée de 18 km absolument mémorable – ma meilleure de la saison jusqu’à présent. Et j’ai l’impression que je vais avoir du mal à battre ça d’ici la fin de l’hiver.

Pour skier à cet endroit, le visiteur d’un jour doit commencer par s’arrêter acheter un billet d’accès dans deux commerces du centre-ville de Coaticook ou à l’accueil du parc de la gorge de Coaticook.

À l’entrée du réseau de sentiers, il y a cette petite cabane munie d’un gros poêle à bois. Et il y a un refuge similaire à l’autre extrémité du réseau.

1 commentaire:

Anonyme a dit...

Merci pour ce passionnant billet, vos photos sont magnifiques!!! Je vais aller y faire un tour.

Danibi