30 janvier 2006

Bois-de-l'île-Bizard


De tous les parcs-nature de l’île de Montréal, c’est celui du Cap Saint-Jacques qui offre le meilleur ski de fond à mon avis. Mais celui du Bois-de-l’île-Bizard se classe non loin derrière.

Son réseau de sentiers est constitué d’une seule boucle tracée au milieu du parc que l’on peut faire en version 4, 5 ou 6 kilomètres. Malgré la taille modeste du parc, le parcours donne vraiment l’impression de s’éloigner de la civilisation.

Lorsqu’on part de l’entrée principale du parc sur le Chemin-du-Bord-du-Lac, on commence par traverser un marais en empruntant une longue passerelle de bois. Le sentier s’enfonce ensuite dans une forêt légèrement ondulée (ce qui est quand même mieux que rien) et diversifiée.

Si vous vous sentez à l'étroit sur la boucle principale, n’hésitez pas à vous aventurer sur les trois bretelles d’accès rattachées à la boucle principale. Ce sont de très beaux sentiers. Les deux bretelles qui valent vraiment un détour sont celles menant aux stationnements des rues de l’Église et Patenaude.

La première grimpe sur une crête qui fait figure de haute montagne dans ce parc plutôt plat. La seconde aboutit à une esplanade offrant un joli point de vue sur la rivière des Prairies. Le seul problème, c’est que ces bretelles sont aussi empruntées par les marcheurs, alors elles ne doivent pas toujours être en bonne état.

29 janvier 2006

Sentiers de Sainte-Anne des Plaines

Les sentiers de ski de fond de Saint-Anne-des-Plaines possèdent aussi peu de relief que le laisse présager le nom de cette ville de la couronne nord de Montréal. Heureusement, ils ont aussi des qualités. D’abord, ils sont tout près de Montréal. Ensuite, ils sont tracés en forêt et m’ont semblé très bien entretenus.

Le réseau est formé d’une longue boucle de 10 kilomètres à laquelle s’ajoute quelques autres courts tronçons de pistes. Partant d’une érablière, les sentiers parcourent une crête boisée «dominant» de quelques mètres la plaine environnante. En skiant, on passe près de plusieurs cabanes à sucre abandonnées qui agrémentent le paysage. Comme c’est très plat et bien entretenu, l’endroit me semble une bonne destination les jours de conditions de neige sont difficiles. Chose certaine, on a eu beaucoup de plaisir à parcourir les sentiers par une journée où les sentiers étaient en bonne partie glacée.

La salle à manger de l’érablière sert de chalet d’accueil. C’est vaste mais pas très chaleureux... tout simplement parce que le chauffage est très bas! On peut quand même farter nos skis à l’intérieur et acheter une collation. Gratuit pour les résidents de Sainte-Anne-des-Plaines, l’accès aux sentiers coûte 6$ aux visiteurs de l’extérieur. Pour le prix, on a eu aussi droit à une petite bouteille de sirop d’érable.


25 janvier 2006

Plein air Sainte-Adèle

Il n’y a pas de centre de ski de fond à Sainte-Adèle, mais son territoire est quand même sillonné par une quarantaine de kilomètres de sentiers de ski accessibles gratuitement, gérés par Plein Air Sainte-Adèle.

Première étape pour découvrir ce réseau: faire une halte à la gare de Sainte-Adèle pour se procurer une carte des sentiers. C’est un outil indispensable pour trouver les points d’accès aux pistes disséminés un peu partout dans le village. On trouve à chacun de ces points d’accès un stationnement où on peut laisser sa voiture.

Le point d’accès offrant les meilleures possibilités de randonnée est situé au lac Matley, au nord ouest du village. Pour s’y rendre à partir du centre-ville de Sainte-Adèle, il faut prendre la rue Morin en direction ouest puis tournez à droite sur le chemin Paysan. Le stationnement se trouve près d’une usine de filtration, à l’extrémité du chemin Paysan.

À partir de là, on peut skier une boucle passant par le sommet du mont Loup-Garou en utilisant les sentiers «Loup-Garou» et «Grand-Jaune» pour une randonnée d’environ 7 kilomètres. Il y a un refuge au sommet du Mont Loup-Garou et la vue est superbe. Il faut grimper une centaine de mètres de dénivellation pour arriver là.

Quant aux pistes, elles sont «à l’ancienne». Même les sentiers étroits et accidentés sont à double sens et l’entretien n’a rien à voir avec ce qu’on trouve dans les centres payants. Pour cette raison, mieux vaut visiter l’endroit quand les conditions de ski sont bonnes.

22 janvier 2006

Ski de fond Roger-Cabana

Pas besoin d’aller très loin de Montréal pour faire du ski en montagne. Situé à une quinzaine de kilomètres au nord est de Saint-Jérôme, la municipalité de Saint-Hippolyte est sillonnée d’une quarantaine de kilomètres de sentiers tracés à flanc de montagne et entretenus par le Club de plein air de Saint-Hippolyte.

La tête du réseau se trouve au pavillon Roger-Cabana situé 2060 Chemin-des-Hauteurs. On trouve là une vaste salle où on peut farter ses skis et prendre une collation. On commence ensuite sa randonnée en traversant un terrain de baseball. Cette bretelle d’accès est à peu près la seule section de piste où on skie sur le plat!

Dans ce secteur, même les sentiers classés «faciles» sont accidentés. Quant aux pistes de niveau intermédiaire, elles comportent d’éprouvantes montées et plusieurs descentes spectaculaires. Au lendemain d’une tempête de neige, c’est le bonheur. Mais dans des conditions difficiles, certaines descentes coupés de virages serrés doivent être carrément dangereuses.

L’autre hic, c’est l’entretien des sentiers qui semble plutôt aléatoire. Lors de notre passage, les pistes avaient simplement été tapées par une motoneige. Pour cette raison, mieux vaut visiter l’endroit les jours de neige fraîche et s’informer des conditions avant de partir en téléphonant au 450-563-2505, poste 2.

21 janvier 2006

Parc régional Dufresne

C’est quand il pleut à Montréal et qu’il neige au nord de Mirabel qu’on apprécie vraiment les Laurentides. C’est ce qu’on a eu l’occasion de constater en allant en skier à Val-David par une journée de tempête de neige dans les Laurentides.

Le ski de fond a pris un nouveau départ à Val-David avec la création du parc régional Dufresne. Et c’est tant mieux parce qu’on y fait de l’excellent ski. Son réseau de sentiers est vaste, dense et varié.

Tout neuf, le chalet d’accueil est un magnifique bâtiment en bois rond abritant une salle de fartage et une salle de repos où on peut boire un café. De ce point de départ, on a rapidement accès à un grand nombre de pistes de tous les niveaux de difficulté.

Comme les sentiers se recoupent à plusieurs endroits, on peut s’improviser un itinéraire en sautant d’un à l’autre. On trouve une carte des sentiers à toutes les intersections importantes, ce qui rend la navigation aisée.

Tracés au pied et au flanc de quelques monts, les sentiers comportent des montées et plusieurs belles descentes. Ce qui m’amène à ma seule critique: à mon avis, certains sentiers accidentés seraient beaucoup plus amusants et sécuritaires si on les transformait en sens unique. Quand même mon centre de ski de fond préféré au sud de Mont-Tremblant.

15 janvier 2006

Ski de fond Ferme-Neuve

Le centre de ski de fond de Ferme-Neuve est rattaché à la forêt récréotouristique de la Montagne du Diable, le deuxième plus haut sommet des Laurentides après le Mont Tremblant avec une altitude de 778 mètres.

Le chalet d’accueil du centre se trouve juste à l’extérieur du village, à une vingtaine de kilomètres de la montagne du Diable. Le réseau est formé de six boucles de 3 et 16 kilomètres et d’un long sentier de 21 kilomètres menant à la chute Windigo, au coeur de la forêt récréotouristique. Bien assez pour skier une fin de semaine. Tous les sentiers partagent toutefois le même tracé au départ et l'arrivée, alors on skie souvent les même deux ou trois kilomètres.

Les sentiers sont tracés en terrain vallonné parfait pour le ski de fond. On traverse une grande variété de décors: flanc de montagne, forêt, champs, marais, etc. Le sentier «La Promenade», une boucle de 6 kilomètres, se faufile pendant un long moment entre un lac et une falaise rocheuse.

Le sentier à faire absolument est «Le Chemin de Croix», une boucle de 4,5 kilomètres menant au sommet d’un cap d’où on peut admirer la Montagne du Diable. Parce que ce serait fou de venir à Ferme-Neuve sans voir sa montagne! Tout en descente, le retour vers le chalet d’accueil est aussi très agréable.

08 janvier 2006

Centre de plein air de Brossard

Je n’essayerai pas de vous faire croire que j’ai eu un plaisir fou à skier au Centre de plein air de Brossard. Les dix kilomètres de pistes aménagés à cet endroit n'ont rien de bien spécial. Tracés dans les bois et sous des pylônes électriques d'Hydro-Québec, les sentiers sont complètement plats et ne donnent pas à voir de paysage particulièrement attrayant. Mais ils sont bien entretenus et restent agréables.

La piste la plus intéressante est la 5, une boucle de 7 kilomètres. C’est le seul sentier qui donne l’impression de s’aventurer en forêt. Les autres pistes sont taillées sur mesure pour les débutants et le ski en famille.

Le centre de plein air de Brossard est situé à l’intersection des autoroutes 10 et 30, sur le boulevard des Prairies. L’accès aux sentiers est gratuit. Je dois cependant vous dire qu’il existe de bien meilleurs endroits pour skier gratuitement sur la rive sud – notamment le parc régional de Longueuil et le centre écologique Fernand-Seguin à Châteauguay.

07 janvier 2006

Club Nordic

Le club Nordic, c’est la «face cachée» du Mont Saint-Bruno. Car si on est familier avec les sentiers du parc national du Mont Saint-Bruno, on connaît beaucoup moins ceux de ce centre de ski de fond situé sur le terrain d’un champ de tir de l’armée canadienne. Dommage parce que c’est un des meilleurs endroits où skier autour de Montréal.

Fondé dans les années 70, le centre a d’abord été créé pour desservir les militaires. Mais il accueille aussi les «civils». Le chalet d’accueil du club se trouve sur le Rang des Vingt à Saint-Basile-le-Grand, à cinq minutes de la route 116. On y trouve un casse-croûte et une salle de fartage exiguë mais fonctionnelle.

Une fois sur ses skis, on a accès à une vingtaine kilomètres de sentiers classés faciles et difficiles. Comme on se trouve au pied du Mont Saint-Bruno, même les sentiers faciles comportent un peu de relief. Le sentier 7, une boucle de 7 kilomètres classée difficile faisant le tour complet du centre, m'a paru le plus intéressant. La piste grimpe assez haut à flanc de montagne et on a droit à quelques bonnes montées et à une très belle descente.

Le réseau est surtout composé de d’étroits sentiers tracés à une seule voie en forêt. Bien dessinés, ces sentiers sont cependant un brin cahoteux. Le centre offre aussi une piste réservée au patinage longue d’environ deux kilomètres.

Un tuyau en terminant: les deux «haltes» signalées sur la carte ne sont pas des refuges ou même de simples abris non chauffés. Il s’agit plutôt de simples tables de camping installées en bordure de piste. Ne vous imaginez pas comme nous que vous allez pouvoir y manger votre lunch bien au chaud...

01 janvier 2006

Parc Terre-des-Jeunes

Le parc Terre-des-Jeunes est un espace boisé de taille modeste se trouvant en bordure de la rivière Nicolet à Victoriaville. L’hiver, on y trace plusieurs sentiers de ski de fond qui se croisent et s’enchevêtrent pour former un véritable labyrinthe. Inutile d’essayer de mémoriser la carte des pistes se trouvant à l’entrée du parc. Les intersections sont tellement nombreuses qu’il vaut mieux s’improviser un trajet en changeant de sentiers quand ça nous chante. De toute façon, le parc n’est pas très grand et on finit toujours par se retrouver.

Je me suis rarement autant amusé dans cinq kilomètres de sentiers! L’enchevêtrement des pistes donne l’impression que le réseau est beaucoup plus vaste. Le parc est généralement plat, mais on a quand même droit à quelques montées et descentes. Très bien entretenu, les sentiers sont rapides et agréables. Bien sûr, ce n’est pas de la grande randonnée en forêt, mais on s’amuse quand même. Et c’est sûrement formidable pour le ski de soirée.

L’accès au parc est gratuit. Son entrée principale se trouve sur la rue des Nations.