04 décembre 2007

Centre Plein Air Castor

Le Centre Plein Air Castor est situé sur la base militaire de Valcartier et on s’en rend compte tout de suite parce que son entrée est protégée par un impressionnant dispositif de défense. C’est un gars assis dans une guérite qui nous demande ce qu’on vient faire. Quand on répond « du ski de fond », il nous laisse passer.

Bon, je niaise. À vrai dire, on se rend compte qu’on est sur une base militaire parce qu’on entend très souvent des coups de feu pendant qu’on skie.

J’ai trouvé que les sentiers du centre avaient quelque chose de militaire. Comme l’armée, ils sont exigeants, impeccables et fonctionnels… mais ils manquent un peu de personnalité.

C’est une question de décor. Tous les sentiers que j’ai skié aujourd’hui sont tracés dans la même forêt de conifères. C’est beau des conifères enneigés…

Mais vient un moment où on aimerait voir autre chose.

C’est aussi une question de largeur. Tous les sentiers du centre sont tracés à la fois pour le style classique et le pas de patin. Ils sont donc très larges. Quand on est un skieur lent comme moi, ce genre de piste donne l’impression de faire du surplace. Par contre, pour un as du pas de patin, c’est un terrain d’entraînement idéal.

Je me suis surtout ennuyé en me dirigeant vers le relais installé à l’extrémité du réseau de sentiers. J’étais alors sur le sentier 10. Il faut dire que je ne suis pas très en forme en ce début de saison, alors je suis particulièrement lent. C’est au retour, quand je me suis enfin engagé dans ma première vraie descente de la journée, que j’ai commencé à m’amuser.

J’ai dit que le relais est situé à l’extrémité du réseau de sentiers, mais ce n’est pas tout à fait vrai. Plus loin, on a accès aux pistes du centre de biathlon Myriam-Bédard. Il paraît qu’il y a dans ce secteur des sentiers de calibre «compétition internationale», pentus et tortueux à souhait.

Reste qu’on a affaire à un centre de ski de fond de très haut calibre. En ce lendemain de tempête, l’équipe du centre avait travaillé toute la nuit pour ouvrir les pistes. L'entretien est fait asvec une grosse dameuse assurant les meilleures conditions possibles.

Et puis, il y a la montagne. Du côté est, quelques sentiers sont tracés au flanc du Mont Brillant, sur lequel il y a déjà eu des pistes de ski alpin. C’est de loin le secteur du réseau que j’ai préféré. Il y a de bonnes montées et une descente où on n’en finit plus de tourner à gauche que j’ai beaucoup aimé.

J'ai souri en voyant un panneau de signalisation disant «Attention aux ours». Il me semble que ce serait plus efficace de dire aux ours de faire attention à nous...

3 commentaires:

Anonyme a dit...

L'avertissement à propos des ours est pertinent. Une triathlète (ou était-ce une biathlète..?) a été tuée par un ours sur les sentiers du secteur il y a quelques années.

Francis Poisson-Gagnon a dit...

Les plus belles pistes dans la région pour s'entraîner! On peut facilement faire 2 heures de ski sans s'ennuyer avec les connexions entre le centre Castor et le Centre Myriam Bédard.

Christian St-Pierre a dit...

C'était une biathlète du nom de Mary Beth Miller. Elle courait avec son lecteur audio...

http://www.cbc.ca/canada/story/2000/07/05/bear000705.html

Un loup a aussi été aperçu il y a quelques années par des skieurs. Par contre, c'est un des plus beaux endroits pour le ski dans la région de Québec...