13 février 2017

Le sommet du mont Rigaud

 
Profiter d’une bonne bordée de neige pour grimper au sommet d’une montagne puis la redescendre en slalomant dans la poudreuse, ça me semble la façon ultime de faire du ski de randonnée.

Bonne nouvelle : on peut faire ça au mont Rigaud, à petite échelle, en empruntant les sentiers qui partent du Sanctuaire Notre-Dame-de-Lourdes et mènent au sommet de cette colline dominant de 120 mètres la plaine environnante.

«Emprunter» est vraiment le bon verbe parce qu’on «emprunte» ces sentiers aux raquetteurs qui sont nombreux à fréquenter les lieux. Voilà pourquoi il vaut mieux se lancer à l’assaut de la montagne après une bordée de neige. Sinon, le trajet est battu à mort par les raquetteurs et la glisse est pas mal moins agréable… et carrément périlleuse quand on redescend du sommet.

C’est aussi une randonnée qu’il faut faire avec des skis à carres de métal aux pieds. Idéalement courts et larges, pour flotter dans la neige molle et se faufiler dans les lacets des sentiers de raquette.  

Toutes ces conditions étaient réunies aujourd’hui pour mon excursion. Il était tombé une quinzaine de centimètres la veille et j’avais mon matériel tout-terrain: mes bottes Scarpa T4 et mes skis Kom fabriqués par Altaï Ski.

La randonnée commence sur le chemin du Sanctuaire Notre-Dame-de-Lourdes, qui se trouve juste derrière le Collège Bourget. Je l’ai gravi à pied aujourd’hui parce qu’il était très enneigé. Parfois, il faut plutôt monter à pied.

Ensuite, on s’engage sur le sentier qui grimpe dans la montagne en passant sur cette passerelle et en longeant cette ruine qui me donne toujours l’impression d’entrer dans un film d’Indiana Jones. 

C’est tout ce qui reste du convoyeur qu’on avait construit pour exploiter le champ de guérets qu’on trouve à proximité. Ce sont de grosses roches rondes créées par l’érosion glaciaire qui servaient notamment comme remblais de chemin de fer.  

Le sentier louvoie au bord d’un ruisseau au départ, puis se redresse et devient très agréable à skier quand la neige est bonne. 

Aujourd’hui, seulement deux ou trois raquetteurs m’avaient précédé et la montée en pente douce était fantastique. 

La montée se corse un peu plus, quand on arrive à une intersection située sous une ligne électrique. Pour continuer vers le sommet, il faut prendre le sentier qui grimpe à droite.

Aujourd’hui, j’ai passé pas mal de temps à descendre et surtout remonter dans cette ligne électrique où il y a une piste fréquentée par les motoneigistes.

Personne n’était passé là aujourd’hui et je suis descendu dans la poudreuse jusqu’au genou sans vraiment prendre de vitesse et sans vraiment m’amuser non plus. Mais au moins, j'ai fait de jolies traces…

J’ai ensuite repris l’ascension par le sentier en lacets qui mène au sommet. Ça monte raide dans ce bout-là, mais on a seulement une centaine de mètres à franchir pour atteindre le sommet où il y a une croix et une plateforme d’observation.

J’ai vécu le meilleur moment de ma randonnée quand je suis redescendu du sommet en slalomant dans le sentier par où j’étais monté. Dans l’épaisse couche de neige fraîche, j’ai filé d’une traite jusqu’à l’intersection sous la ligne électrique sans tomber ni perdre le contrôle.

Cela dit, je me suis presque autant amusé en explorant pour la première fois un sentier qui contourne le champ de guérets et le Sanctuaire Notre-Dame avant de redescendre la montagne et d’aboutir à ce portail, près de l’endroit où j’avais laissé ma voiture.

Ce sentier est carrément tortueux, mais skiable. Il traverse une forêt de conifères extraordinairement fournie. Par moment, on se sent presque à l’intérieur tellement la forêt est dense. Et comme il y a beaucoup de roc dénudé, on a l’impression d’être dans les Rocheuses.

En prime, on a droit à une belle descente qui nous mène jusqu’au portail marquant l’entrée du sentier. Belle façon de terminer une randonnée.

J’ai déjà hâte de repasser par là… au lendemain d’une autre tempête.   

2 commentaires:

Anonyme a dit...

Mise en garde aux skieurs du Dimanche : la légende des guérets de Rigaud rappellent qu'on ne doit pas travailler le dimanche... mais c'est correct tu y est aller le lundi .

Anonyme a dit...

... par contre il faut éviter les soirs de tempête, on y entend des soupirs et des gémissements .