04 mars 2015

Le Chalet Beaumont


Ça fait longtemps que je me promets d’ajouter des lieux d’hébergement sur ce blogue consacré au ski de fond. Attention, pas n’importe lesquels : seulement des endroits offrant un accès direct à des sentiers de ski.

Je commence ça avec une auberge vraiment pas banale où je viens de passer deux belles journées d’hiver: le Chalet Beaumont à Val-David.

Je me suis allé passé une nuit là avec mon fiston Arthur, en cette semaine de relâche, à cause d’un skieur que j’ai croisé à la gare de Prévost un peu plus tôt cet hiver. Parti de Prévost la vieille, le gars était allé couché au Chalet Beaumont à Val-David et rentrait maintenant à la maison. Bref, il venait de faire 56 kilomètres sur le P’tit Train du Nord en deux jours... et en style classique par-dessus le marché !

Ça m’a donné envie de faire pareil, alors fiston et moi sommes allés nous aussi au Chalet Beaumont à ski... sauf que nous on est parti de la gare de Val-David pour faire une petite randonnée de deux kilomètres! On a d’abord pris le P’tit Train du Nord vers le nord pour à peu près un kilomètre. Puis on a bifurqué sur le sentier 31 du parc régional Val-Morin-Val-David qui passe à proximité de l’auberge. 


Fiston était pas mal fier de lui-même quand on est arrivé à la petite bretelle donnant accès à l’auberge.

Le Chalet Beaumont, c’est un très grand chalet en bois rond dont la construction remonte à 1942 et qui est devenu une auberge en 1982.

Si vous aimez le luxe et la tranquillité, allez ailleurs. On parle ici d’une auberge de jeunesse où les clients se font la cuisine eux-mêmes dans une joyeuse ambiance anarchique et où fiston et moi avons dormi dans un dortoir de huit lits. Moi pour 26$ et fiston pour encore moins cher...


Moi j’ai bien aimé l'aspect rustique de l’auberge et son côté convivial. Ça m’a permis de jaser ski avec de parfaits inconnus. Et j'ai passé une agréable soirée à siroter des cocktails près du foyer trônant au milieu du grand salon de l'auberge. 

Fiston, lui, a profité de notre séjour pour découvrir les joies du billard. Il a pu s’amuser avec plusieurs enfants. Et il a trippé sur la longue glissade tortueuse aménagée à côté de l’auberge.

Côté ski, c’est le bonheur puisqu’on a accès à tous le réseau de sentiers du parc régional Val-David-Val-Morin. Il faut toutefois penser à aller payer son billet de ski au chalet d’accueil du parc parce que l’auberge n’en vend pas.

Le Chalet Beaumont a surtout le mérite d’offrir un accès rapide à ce que j’appelle «Far West» du parc régional Val-David-Val-Morin – c’est-à-dire les sentiers qui s’étendent à l’extérieur des limites du parc, au nord-ouest du village de Val-David.

Dans ce coin-là, il y a un court sentier facile taillé dans une magnifique forêt de conifère. Et il y a surtout quelques sentiers très difficiles où on fait du ski excitant et exigeant. 

Quand on traverse le 1er Rang Doncaster et qu’on entre dans ce secteur par la piste 17, on passe devant une pancarte disant «Skieurs experts». On comprend vite pourquoi parce qu’on se retrouve dans une montée très corsée tout de suite après - d’où peut descendre un skieur n’importe quand puisque la piste est à double sens.

C’est du ski dans ce genre-là qu’on fait dans ce secteur. Ça monte et il y a des descentes abruptes qui ont tendance à comporter des virages prononcés.

Heureusement, fiston Arthur est pas mal bon en montée et en descente. Alors on n’a pu se rendre jusqu’au sommet du mont Saint-Aubin où on a pris notre collation dans l'abri installé à 410 mètres d’altitude offrant une vue splendide sur les environs. 

Plus loin vers l'ouest, il y a la redoutable piste 19, une boucle d’environ trois kilomètres tracées en terrain montagneux où je n'ai pas osé amené mon fils parce qu'on y fait du ski pour adulte vacciné. 

Le plus dur, en fait, c'est de se rendre à la boucle. Le tronçon de la 17 reliant le sommet du Mont Saint-Aubin au sentier 19 est assez délirant merci. En moins de deux kilomètres, on dévale le mont Saint-Aubin au grand complet puis on grimpe au sommet de la colline voisine. Et comme on passe par là à l’aller comme au retour, il faut se taper ça deux fois plutôt qu’une!


Des deux côtés, la descente est vertigineuse. Skieurs du dimanche s’abstenir. La seule fois où j'ai été dans ce coin-là, je m’en suis tiré parce que les conditions étaient très bonnes et parce que le sentier et assez large pour qu'on puisse faire du chasse-neige sans problème. Mais j'ai quand même dû me flanquer par terre à deux reprises pour éviter de me retrouver dans le décor. 
J’étais particulièrement fier de moi quand j’ai réussi à me faufiler entre ses deux arbres qu’on a entouré de matelas de protection. J’imagine qu’ils ont déjà fait des victimes.

La boucle 19 est un peu moins extrême – même si ça descend quand même pas mal dans la première partie du parcours. C’est un superbe sentier qui mérite vraiment d’être classé très difficile et que j’ai eu beaucoup de plaisir à parcourir.

On peut aussi accéder à la boucle-là en skiant jusqu’au bout de la piste du P’tit Train du Nord qui s’arrête quelques kilomètres au nord de Val-David. Alors si vous avez envie d’éviter la section «extrême» de la 17...

2 commentaires:

Anonyme a dit...

''Il faut toutefois penser à aller payer son billet de ski au chalet d’accueil du parc parce que l’auberge n’en vend pas'' et c'est pourquoi tu as du emjamber , rendu à la rue , la corde ou est suspendu l'écriteau ''piste fermée''

Barclay a dit...

Ne vaudrait-il pas mieux remplacer cette pancarte «piste fermée» par un panneau nous expliquant qu'il faut aller chercher son billet à l'entrée du parc? Ou par une boîte de perception?

C'est vrai que j'ai fait mon délinquant. Mais bon, j'ai découvert l'existence de la pancarte «piste fermée» en arrivant en ski à l'auberge.

Cela dit, si la direction du parc veut vraiment pas qu'on parte en ski du Chalet Beaumont, juste m'envoyer un courriel et je vais modifier mon texte en conséquence. Le parc régional est mon endroit préféré pour skier dans les Laurentides. Je veux certainement pas me fâcher avec eux!

BF