24 décembre 2016

Sortir des sentiers battus au mont Arthabaska

 Je me suis offert aujourd’hui un bien beau cadeau de Noël: une randonnée de découverte et d’aventure sur le mont Arthabaska par une journée où il neigeait à plein ciel sur cette petite montagne qui surplombe Victoriaville.

Je suis arrivé tôt sur place et j’ai commencé par faire ce que je fais toujours au parc du mont Arthabaska: une sortie de ski de fond classique dans ses pistes entretenues. Ensuite, après un petit lunch du midi au bistro se trouvant au sommet de la montagne, j’ai enfilé mes gros skis de télémark sauvage et j’ai passé l’après-midi à courir les sentiers habituellement fréquentés par les marcheurs et les raquetteurs. 

En partant du pavillon du sommet, j’ai fait une longue boucle qui m’a permis d’explorer les flancs est et ouest de la montagne.

Du côté est, j’ai commencé par grimper jusqu’à la croix décorant le sommet par un sentier de vélo de montagne. Puis j’ai exploré un enchevêtrement de sentiers dans le même genre descendant jusqu’à la limite du parc. Et j’ai fini par descendre tout en bas de la montagne par une piste de marche et de raquette appelée le Sentier des Trotteurs.

Ensuite, je suis passé du côté ouest de la montagne via une autre piste de marche et de raquette, le sentier 4 Saisons.

C’est sur ce sentier que j’ai vécu mon meilleur moment de la journée : une des montées les plus difficile que j’ai eu l’occasion de faire. Le sentier 4 Saisons grimpe en effet la face la plus abrupte du mont Arthabaska en effectuant une série de lacets.

Comme la neige qui tombait était humide et collante, j’ai réussi à grimper là-dedans sur mes gros skis à écailles. Pas sûr j’y serais arrivé dans d’autres conditions.

Si cette montée est si abrupte, c’est qu’elle se trouve dans le «pitch» de l’ancienne pente de ski alpin du mont Arthabaska dont le tracé est encore visible. 

Ça ne paraît pas tellement sur ma photo, mais la descente est très à pic. Tellement que je ne vois pas le jour où j’aurai le courage de me lancer dans cette descente qui paraît pourtant encore praticable.

Je ne sais pas si c'est bien vu de faire du ski dans les sentiers de marche et de raquette, même avec des gros ski hors-piste. Mais je l'espère parce que le mont Arthabaska se prête extraordinairement à ce genre de ski de brousse.

Aucun commentaire: